Home

Lorsqu’on se penche un peu sur les règles de la gastronomie française, on apprend que les différents aliments qui composent un plat occupent chacun une place bien précise sur l’assiette. Lors d’un service à cloche par exemple, un petit trou sur cette dernière indiquera au serveur où se situe l’élément principal du repas. Il sera ainsi assuré de présenter correctement l’assiette au client  avec l’élément principal face à ce dernier et dans la partie de l’assiette la plus proche de lui (vers le bord de la table). La dégustation en sera ainsi codée et simplifiée. Si cela parait assez logique, cette façon de procéder fait presque invariablement la part belle aux protéines. La cuisse de poulet, la truite ou l’entrecôte saignante sont en effet rarement consignées dans un coin de l’assiette. Ces pratiques révèlent pas mal de choses sur notre façon de consommer et de considérer les repas. Ainsi, penser un plat et ses accompagnements en fonction de la viande témoigne d’une omniprésence de cette dernière qui n’a pas toujours été la règle (et ne l’est toujours pas partout). Il n’y a pas si longtemps, nos grands-parents mangeaient des plats composés principalement de féculents et de légumes, la viande étant chère et réservée pour les grandes occasions.

Depuis, nous avons découvert que manger trop de viande était nocif pour la santé mais également pour la planète. Peut-être serait-il donc temps de reconsidérer la place de chaque aliment dans notre façon de nous nourrir. Je me permets, dans cette optique, de vous proposer une recette qui bouscule un peu cet « ethnocentrisme carnivore » qui réduit nos légumes à de tristes monticules ridicules, à de petits tas raplapla au coin de l’assiette. Cette préparation rend aux produits de nos potagers la place et la classe qu’ils méritent. A vos fourchettes citoyens !

Pour 4 papillotes, comptez : 600g de potiron / 2 navets jaunes / 2 betteraves / 1 panais / 8 châtaignes (facultatif) / 4 feuilles de laurier / fleur de sel / poivre noir / paprika / muscade / sel du trappeur (facultatif) / origan / huile d’olive / 1 bloc de feta / 1 gousse d’ail.

Rincer, éplucher et détailler les légumes en petits cubes. Dans une casserole d’eau bouillante, cuire 5 min les dés de potiron, de navet et de panais. Répéter l’opération avec les morceaux de betteraves mais compter 5 minutes de cuisson supplémentaires. Egouter et réserver. Dans un four préchauffé à 200°C, cuire les châtaignes entaillées pendant 10min puis les laisser refroidir avant d’en enlever l’écorce protectrice. Dans un plat, mélanger les légumes avec les épices, l’ail haché et un peu d’huile d’olive. Répartir dans 4 papiers à papillote, ajouter une feuille de laurier ainsi que la feta grossièrement émiettée et des morceaux de châtaignes. Déposer les papillotes hermétiquement fermées dans un four préchauffé à 180°C pour une vingtaine de minutes.

 

IMG_3183

 

Accompagné d’un peu de céréales, (quinoa, boulgour, riz complet) ce plat se suffit à lui-même. Vous pourrez toutefois l’accompagner de merguez et de brochettes de poulet mais … toutes petites alors … et promettez-moi de les dresser dans le fin fond des assiettes.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s