Home

Bon ben voilà, je suis complètement séduite, Genève, c’est génial ! Les montagnes, le lac Léman, les mouettes (ces petits bateaux-bus qui en font la traversée), l’effervescence dans les rues, les jolies fontaines d’eau potable,… Mais le plus gros avantage genevois, c’est indéniablement mon amie exilée, avec qui tout devient plus lumineux. Alors vive les vacances, vive Genève et vive les bons copains. Mais trêve de nostalgie, on essuie sa petite larme à l’œil et on raconte.

Jour 1 : Arrivée à l’aéroport de Bruxelles 3h à l’avance, on ne se refait pas. A chaque fois que je vois un avion, ça me fait le même effet, je me dis que je préfèrerai être Peter Pan, mais bon … Quelques heures plus tard (entre temps Marmouton est tombé amoureux de l’hôtesse de l’air, classique), l’avion atterrit sur l’asphalte genevois. L’apéro au soleil s’annonce. Pour cette première soirée, mon amie n’emmène à La Buvette du Bateau, un chouette bar-tapas sur un magnifique bateau accosté au quai Gustave-Ador. L’endroit est charmant, la vue sur le lac apaisante et la sangria délicieuse.

IMG_2521

Le bateau buvette

Jour 2 : Il fait chaud, chaud, chaud ! Je suis conviée à me rendre pour 12h à la très belle terrasse du restaurant le Côté Cour, Côté Jardin (oui, chaque grosse ville a un établissement de ce nom, je sais de quoi je parle) dans le quartier des Eaux Vives (rue de la Chapelle, 8). J’y ai dégusté du loup en feuille de brick avec une petite tapenade d’olives noires et une purée de patates douces. Je garde cette idée en tête pour vous en proposer un jour ma version. Après la petite pause digestive de circonstance, direction Genève Plage (quai de Cologny, 5) pour faire trempette. C’est un peu … les prés de Tilff suisse mais en plus de la possibilité de se baigner dans la piscine, il y a un espace pour profiter du lac et ça, c’est tellement bien ! Dommage que la Meuse ne se pare pas des sublimes nuances de bleu du Léman et qu’on craigne à raison d’y tremper ne serait-ce qu’un orteil.

Jour 3 : Journée lacustre par excellence, je me sens pousser des nageoires, mon envie d’être une sirène me reprend. On commence par une ballade sur le lac dans le bateau d’un ami (mais pourquoi ai-je regardé Titanic l’avant veille ?). Le top, belle expérience. D’ailleurs maintenant je veux un bateau ^^! S’en suit un pti plongeon rafraichissant et bienfaisant dans l’eau du lac, loin des rives bondées. Privilège que j’ai beaucoup apprécié. Arrive alors l’heure de l’apéro, que l’on prend sur le bateau cerné de soleil et d’un bleu alléchant. Enfin, pour ne rien gâcher, nous avons terminé la journée par un petit resto dans le magnifique village portuaire français de Nernier (le bien nommé Restaurant Du Lac, Quai des Pêcheurs), ou j’ai découvert la cuisine des poissons du Léman. Les petites perches, fortement appréciées par les genevois, se préparent légèrement frites, façon meunière, ou à la vapeur avec un zeste de citron. Le féra quant à lui, se déguste en tartare, avec un assaisonnement à la vanille ou grillé avec des légumes croquants. A chaque fois un régal, c’est si bon les poissons d’eau douce …

IMG_2525

Nernier, village français au bord du Lac Léman

IMG_2522

Perches du Léman préparées par le Restaurant du Lac de Nernier

IMG_2428

Filets de féra du Léman préparés par le Restaurant du Lac de Nernier

Jour 4 : Au programme de la journée, petite escapade dans les campagnes genevoises pour aller prendre un peu de bon temps dans une partie de la famille de mon amie. Vue imprenable sur le Lac de Neuchâtel et lunch sain et savoureux en bonne compagnie. Que demander de plus ? Le soir, toute autre ambiance. On retrouve Genève qui se fête ce jour-là, et dignement.  J’ai assisté à un feu d’artifice d’exception depuis le balcon d’un couple d’amis. Un de ces moments ou il fait bon vivre, plein de fous rires devant ce feu qui n’en finissait pas. C’est ça aussi Genève, les contrastes et la disproportion.

IMG_2524

Perches du lac et autres délices préparés par nos hôtes

Jour 5 : Dimanche, les genevois brunchent. C’est si gai de se plier aux traditions ^^. Surtout qu’ils ne reculent devant rien ! Morceaux choisis : pancakes, gaufres, saumon fumé, charcuteries, fruits frais, œufs brouillés, bacon, pizza, ossobuco, raclette (oui oui, vous avez bien lu !) , … Après ça, il a fallu marcher. Nous avons donc arpenté les bords du lac et bu de l’eau de coco pour faire passer tout ça.

IMG_2480

Berlingot noix de coco, une première pour Marmouton !

Jour 6 : Ce jour-là, j’ai pensé à vous ! J’ai parcouru les halles de rive (Boulevard Helvétique, 29) à la recherche de produits inspirants pour concocter un petit souper sympa à mon amie. J’ai trouvé notamment de la daurade mais je n’en dit pas plus, c’est à suivre incessamment sous peu sur le blog.

Jour 7 : Un peu de culture ce mardi matin avec la visite du très beau musée d’ethnologie de Genève (Boulevard Carl-Vogt 65-67). L’anthropologie reprend ses droits sur la gourmandise. J’ai vraiment été séduite par cette impressionnante collection d’objets divers provenant du monde entier. L’homme et ses mystères. Ensuite, direction les Bains des Pâquis, chouette petit accès au lac pour une baignade plus que bienvenue (Quai du Mont-Blanc, 30). C’est qu’il fait chaud à Genève ! Puis vient le redouté dernier soir de ce citytrip, il fallait donc en profiter encore un peu. C’est ce que nous avons fait à la brasserie Le Lipp (rue de la Confédération, 8) après un apéro dans un bar avec  vue panoramique sur Genève. Ce restaurant, apprécié notamment pour son agréable terrasse, son service impeccable ainsi que sa large carte notamment en matière de fruits de mer, est une adresse de référence pour les habitants de cette ville, un peu, sans doute, comme l’écailler pour les liégeois.

IMG_2523

Musée d’ethnologie de Genève

Jour 8 : Il fallait s’y attendre, les jours ont filé sans que l’on s’en aperçoive. Il va me falloir reprendre un de ces oiseaux de fer. Mais avant, un bon repas, on ne sait jamais que ce soit le dernier ^^. Il est pris au Café du Lys (Rue de l’Ecole-de-Médecine, 7), un bar-resto situé dans le quartier ou j’ai résidé ces quelques jours. Adresse à retenir autant pour le look du lieu que pour sa belle carte de boissons et sa cuisine saine et savoureuse. Au menu, tartare de daurade au gingembre, citron et poivre rose (je tente de reproduire la recette prochainement). Ce voyage aura décidément été parfait du début à la faim.

IMG_2519

Devanture du Café du Lys

IMG_2520

Tartare de daurade au Café du Lys

Me voilà  à présent dans les airs avec mon Marmouton en poche et je me prends à projeter notre avenir dans la forme des nuages : une longue route pleine de saveurs, de voyages et de rencontres.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s