Home

En manque de soleil, la petite plante verte que je suis avait besoin, hier soir, de s’entourer de force et de douceur. Voilà deux composantes qu’il n’est pas toujours évident à trouver réunies dans la vie quotidienne (à part dans le moelleux et la carapace d’une grosse couette, mais il n’était pas l’heure). Je me suis dit que le plus simple était de les rassembler dans un plat que j’allais finir par manger et qui donc, d’une certaine manière, m’entourerait. J’ai choisi du lait de coco pour la douceur et le curry pour la force de ses arômes gorgées de soleil. Voici donc une petite recette réconfortante pour jour de spleen … je laisse à chacun ses raisons.

IMG_1659

Pour 1 mélancolique désireux de se réconforter, il faudra : 1 filet de poisson à chaire blanche et ferme comme le cabillaud (ici, du pangasius) / du curry jaune en poudre (la quantité dépendra de vos goûts mais aussi de la gravité de votre mélancolie) / 1 petit carton de lait de coco / 1 peu de farine / huile d’arachide / sel / poivre / coriandre (facultatif) et, si vous voulez faire comme moi et accompagner ce plat de jeunes poireaux rôtis et de riz sauvage, … du riz sauvage / 2 jeunes poireaux les plus fins possible / 1 noix de beurre (demi-sel ou non) / muscade.

Couper les extrémités des poireaux pour n’en garder que les tiges. Les rincer, les couper en tronçons de 7 cm environ puis les faire cuire 10 à 15 min dans une eau bouillante légèrement salée. Egouter les tronçons puis les rincer à l’eau froide. Dans une poêle chaude, faire fondre le beurre. Ajouter les poireaux, diminuer l’intensité de la chaleur et laisser rôtir doucement en retournant de temps en temps pour colorer l’ensemble. Poivrer, saler et ajouter un peu de noix de muscade. Lancer la cuisson du riz en suivant les indications notées sur le paquet. Découper le filet de poisson en gros dés et les enrober de farine. Dans une pôle chaude recouverte d’un filet d’huile d’arachide, faire dorer les cubes de poisson quelques minutes de chaque côté. Saler et poivrer légèrement, diminuer le feu puis recouvrir du lait de coco et ajouter le curry. Laisser mijoter à feu doux 10 bonnes minutes en remuant de temps en temps. Lorsque que le poisson est cuit à cœur et que le lait de coco à légèrement épaissi, rectifier l’assaisonnement et servir sur le riz avec les poireaux et un peu de coriandre ciselée.

Le poisson préparé de cette manière rajoutera au fondant du lait de coco … Allez, hop, en s’entoure d’une couette, on saute dans le divan et on mange devant un bon film. Sus au spleen !

Publicités

2 réflexions sur “Curry de poisson pour jour de spleen

  1. j’ai essayé la recette aujourd’hui, c’est vrai qu’elle requinque et j’ai bien eu l’impression que j’étais dans le sud et qu’il faisait bien 30°!!!
    j’ai eu du mal avec le poisson (un cabillaud cher et joli) qu’il s’est littéralement dissous dans la sauce (sauf les arêtes ) alors que je l’avais bien emmitouflé dans la farine… Que faire chef? La sauce, par contre, était bien relevée car mon moral bien bas.
    Merci chef pour tous ces bons conseils

    J'aime

    • Mmmm … Trop cuit peut être ce poisson ? Et normalement, dans un bon vrai filet, pas d’arête, comme dans le beefsteak 😋 … On essayera une fois ensemble … Bon pour le moral et l’expérience !

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s